Un article à la con pour « une idée à la con » !

Comment être de mauvaise humeur dès le matin ? En lisant un article extrêmement critique sur l’usage des tablettes à l’école. Je ne suis pas contre la critique, mais je pense qu’elle doit être construite et documentée.

Pour commencer, voici ici l’article en question :

http://framablog.org/2015/04/01/des-tablettes-a-lecole/

Avant de répondre je tiens à faire quelques précisions :

  • Je ne suis qu’un vieux con de 30 ans
  • Je suis prof de math en collège et qui plus est je pratique la pédagogie inversée cette « lubie de technopédagogue ». Démagogue aussi tant qu’on y est.
  • Je ne prétends pas être compétent.
  • Je n’ai quasiment jamais été formé au numérique, il est vrai, et j’ai été obligé de tout découvrir seul.
  • J’utilise linux, je soutiens Framasoft, j’utilise le plus possible de logiciels libres et j’essaie d’autohéberger un maximum de services.
  • J’ai rédigé cet article sur ma tablette.
  • Je n’ai aucun talent artistique, donc je ne pourrais malheureusement pas fournir une réponse aussi drôle et rafraîchissante.

Néanmoins, je vais essayer de reprendre certains points de cet article et de donner mon avis.

Pour commencer, je tiens à affirmer que la tablette est bel et bien un outil de travail !
Après, comme tout outil, chacun en fait ce qu’il veut. Pour ma part, je l’utilise quotidiennement pour produire des vidéos, j’utilise un traitement de texte, je gère mes cours et j’entretiens des relations avec des profs de tous horizons pour essayer de m’améliorer.
Et pire, honte sur moi, j’ai même deux tablettes ! Une tablette sous Android pour mon usage quotidien (et pas n’importe laquelle, une Nexus 7, achetée chez le grand méchant Google) et un iPad (sur lequel je travaille beaucoup car les applications dont j’ai besoin n’ont pas été portées sur Android).
Alors oui, je rêve d’une tablette sous Linux, avec plein de logiciels libres, gratuits et pertinents. Mais pour l’instant ça n’existe pas donc je fais avec ce qu’il y a.
Et oui, je pourrais faire tout ça sur un ordinateur. Sauf que pour une partie des choses je trouve ça moins pratique, moins rapide et avec un rendu qui me satisfait moins

Après, je tiens à préciser qu’effectivement la tablette est pour beaucoup de monde un outil de consommation passive.
Mais comme l’ordinateur !
Beaucoup de gens n’utilisent le leur que pour envoyer des mails, traîner sur Facebook et regarder des films en streaming. Ça n’empêche pas d’autres personnes de travailler avec.
La comparaison de la tablette avec une télévision est parfaite : on peut décider de regarder « Les Ch’tis VS les Marseillais sur l’île de la tentation » ou alors faire le choix de découvrir autre en regardant de bons reportages. Avec la tablette c’est pareil. Ce n’est pas parce qu’on peut jouer à Candy Crush avec que c’est son seul usage, et c’est aussi pour ça qu’il faut la faire rentrer dans les écoles, quelque soit l’âge : pour expliquer aux enfants/élèves toute la puissance de cet outil et pour leur apprendre à en faire quelque chose « d’utile ». Il n’est pas nécessaire de faire la course aux applications. Les fonctions premières de la tablette donnent déjà beaucoup de possibilités. Néanmoins, des prof des écoles font des choses formidables avec les tablettes qui permettent de réaliser des activités qui ne trouvaient pas de place jusqu’à présent dans les salles de classe.

Alors ok, la tablette n’est pas indispensable. Mais si on veut que l’école retrouve de la légitimité, il faut qu’elle s’encre dans la société. Et puis ça permettra aussi d’alléger les cartables. Et puis on a une autonomie d’une journée de cours…
Et puis l’usage d’une tablette n’empêche pas de comprendre le fonctionnement des choses : ce n’est pas parce qu’on envoie un mail de sa tablette qu’on ne peut pas savoir comment ça marche. Après tout, il n’y a aucune différence avec le fait de l’envoyer depuis son ordinateur.

Je sais qu’il est important de comprendre ce qui se passe, mais l’usage du numérique ne passe pas forcément par la saisie de lignes de codes dans un terminal.
Combien de personnes comprennent exactement le fonctionnement du moteur de leur voiture et savent la réparer ? Et pourtant combien l’utilisent quotidiennement ? Elle reste un outil. Comme la tablette.
Pour continuer sur ce chemin, je sais bien que « c’était mieux avant, du temps de l’ardoise, de la craie et des cours magistraux ». Mais est-ce que les personnes qui prétendent cela à propos de l’école continuent de se déplacer en vélo ou à cheval en refusant l’usage de la voiture, du train et de l’avion ? Est-ce qu’ils lavent leur linge à la main, au lavoir ? Et bien il faudrait donc arrêter de refuser que l’école évolue !

Enfin, je suis pour l’apprentissage du code à l’école, ou au moins de bonnes bases d’algorithmique. Et c’est d’ailleurs pour ça que j’ai hâte que mes élèves soient tous équipés de tablettes pour pouvoir les faire travailler individuellement ou en petits groupes sur Scratch Jr qui existe sur Android et iPad. Parce que c’est un vrai avantage des tablettes : la différenciation pédagogique !
Pas de gros mots ici, juste un principe simple : pouvoir répondre aux besoins de chaque élèves de la manière la plus individualisée possible. Et ce n’est pas un cours magistral face à 30 élèves qui le permet. Par contre un travail seul ou en groupe pourra être facilité par l’usage des tablettes pour diversifier encore plus les contenus. D’autant plus que gérer 30 élèves qui jouent à « l’enfant-robot » ou qui programment en même temps au tableau est en dehors de mon champ de compétences.

Encore un mot sur l’école et l’éducation : ce n’est pas parce qu’on est allé soit même dans une école qu’on connaît tous les tenants et les aboutissants de l’éducation. Alors même si on peut donner son avis, il pourrait être intéressant qu’il soit renseigné et basé sur de vraies observations.

A ce propos, je tiens à inviter tous ceux qui pensent savoir comment faire cours, qui pensent que c’était mieux avant, à venir dans ma classe dont la porte est toujours ouverte. Ils pourront ainsi se confronter à la réalité de l’éducation et de l’enseignement aujourd’hui. Et je serais vraiment intéressé qu’ils m’apprennent comment mieux faire un cours.

Pour conclure, je pense qu’il faut absolument garder à l’esprit que les tablettes sont un OUTIL et qu’il faut les considérer comme tels. Elles ne vont pas supprimer/remplacer tout ce qui existait déjà.
Par contre, elles vont pouvoir combler en partie la fracture numérique qui existe dans les établissements scolaires.

Pour étendre la réflexion, je propose un article d’@ticeman01 bien sympathique qui résume plutôt bien mon point de vue sur le numérique et ses usages, pas seulement pédagogiquement : http://www.ticeman.fr/lacaverne/?p=703

2 réactions dans “Un article à la con pour « une idée à la con » !

En cas de questions ou pour donner son avis ...